Essayer Ubuntu Sans L Er

Par exemple, pour couper votre serveur, il faut lister tous les processus en cours (‘docker ps’), puis exécuter la commande suivante : Attention : Lorsque vous re-démarrez un conteneur, il est re-lancé avec les mêmes options que lors de sa création (mode, ports, volumes, etc.). C’est pour cela qu’il est parfois préférable de créer des conteneurs temporaires (avec le paramètre ‘–rm’) lorsque cela est possible.

Par défaut, vous ne pouvez pas accéder aux applications que vous lancez dans le conteneur car elles sont cloisonnées : les ports ne sont accessibles que localement.

Cependant, j’ai rencontré quelques difficultés lors de la mise en oeuvre, avec des résultats pas toujours voulus, ou bien de longues minutes à essayer de comprendre comment faire telle ou telle chose.

Cet article n’est donc pas destiné à vous expliquer comment fonctionne docker, mais plutôt : “Comment l’utiliser”.

Tip : Vous avez sûrement remarqué que le nom de l’image est postfixé de ‘:trusty’. Il est recommandé de toujours l’indiquer afin d’être sûr d’obtenir le même résultat dans le futur.

Ici, ‘Trusty’ est la dernière version d’Ubuntu à la date de ce post.

Une image Docker représente le système de fichiers, sans les processus.

Elle contient tout ce que vous avez décidé d’y installer (Java, une base de donnée, un script que vous allez lancer, etc…), mais est dans un état inerte.

Docker est un outil permettant de construire et de distribuer rapidement un ensemble d’applications (par exemple des serveurs pré-configurés dans le cadre d’un projet).

Il permet ensuite de partager ce système entre différentes personnes, afin que tout le monde puisse travailler sur les mêmes bases (éviter de prévoir une demi-journée pour installer l’environnement, demander à tout le monde s’il a un dump à jour de la base, etc.).

SHOW COMMENTS

Comments Essayer Ubuntu Sans L Er

The Latest from zhivoe-slovo.ru ©